♬ 19.06.2015 ~ Hellfest ~ Clisson (44)

              Cette année le Hellfest fête ses dix ans. Et comme à chaque édition, le premier festival de musique extrême en France, a hissé ses scènes dans la petite cité médiévale de Clisson, le Vendredi 19, Samedi 20 et Dimanche 21 Juin. Avec six scènes et plus de 150 groupes présents, il était impossible de tout suivre. Ainsi Rock And Live s’est concentré sur les plus grandes scènes : les Mainstages I et II. C’est partit pour trois jours en enfer !



        11h05 > C’est après une courte nuit et sous un ciel nuageux que le grand marathon musical commence avec les Sticky Boys sur la Mainstage I. Débordant d’énergie, les trois Parisiens nous présentent le meilleur d’eux-mêmes en seulement trente minutes. Voilà donc une bonne mise en bouche pour débuter trois jours de festivité.




        12h15 > Après No Return sur la Mainstage II, on revient sur la Mainstage I avec Vulcain. Le groupe Français nous joue ses grands tubes tels que « Rock N’ Roll Secours » et autres morceaux aux textes très engagés comme « Le Soviet Suprême », hommage à Coluche mort le 19 Juin 1986. Alors que Vulcain effectue son set, un camion de pompier vient déloger un homme perché en haut des tours où se trouvent les spots et qui sont bien évidement interdit au public.

Rock 'N' Roll Secours 
Blueberry Blues 
Le Soviet Suprême 
Vulcain 
Ebony 
La Digue du Cul 



        13h35 > Les nuages ont disparus et la chaleur commence à se faire sentir. Sur la Mainstage I, c’est The Quireboys qui s’empare de la scène pour quarante minutes de set. Toujours aussi entraînant, les Anglais joueront entre autres « Mona Lisa Smile », « Hey You » et « Too Much Of A Good Thing ».



        15h50 > Juste le temps d’une pause durant We Are Harlot et Armored Saint, que nous revenons à la Mainstage II avec Godsmack. Ayant découvert ce groupe qui sonne très Metallica il n’y a pas longtemps, j’avais hâte de les voir en live. Formé à Boston en 1996, Godsmack à sensiblement le même son que Metallica et Sully Erna (chant) le même timbre de voix que James Hetfield. Mais malheureusement, leur prestance sur scène m’a un peu déçu… Après « For Those About To Rock (We Salute You) » d’AC/DC comme intro, les quatre américains commencent par « 1000hp » extrait de leur dernier album éponyme (sortie en Août 2014) puis ils enchaînent avec un panel de chansons tiré d’albums différents. 

1000hp 
Cryin' Like a Bitch 
Awake 
Something Different 
Keep Away 
Voodoo 
Batalla de los Tambores 
Whatever 
I Stand Alone 






        16h35 > On continue sous une chaleur écrasante avec Billy Idol sur la Mainstage I. Cela fait 22 ans que l’icône punk n’a pas joué en France et pour fêter son retour il a choisit le Hellfest : son premier. Et c’est un vrai plaisir ! Le Britannique a une vraie présence scénique. Il n’hésite pas à arpenter la scène, à mettre la main en avant pour capter l’attention du public. Il vit sa musique et prend plaisir en dansant. Après la mythique « Dancing With Myself », Billy Idol fait même un petit strip tease, dévoilant alors un torse bien conservé pour son âge. Sacré Billy !

Postcards from the Past 
Dancing With Myself 
Flesh for Fantasy 
Rebel Yell 
Mony Mony 
White Wedding 
L.A. Woman 







        20h45 > Après les Allemand de Sodom, les Anglais de Motörhead avec un Lemmy (chant & basse) amaigris, tremblant et toujours immobile derrière son micro à dix mètres du bord de la scène, et les Américains de Five Finger Death Punch (qui ont échangé leur passage avec Lamb Of God), c’est au tour d’Alice Cooper et sa troupe de monter sur scène, alors que le soleil brille encore. J’adore ! J’adore ! J’adore ! Le show est toujours aussi spectaculaire. Et je ne m’en lasse pas ! S’il y a toujours le géant Frankenstein, l’infirmière et la guillotine, Alice Cooper (chant) se déguise cette fois-ci en militaire (une première pour moi !). Je découvre aussi pour la première fois, la nouvelle guitariste Nita Strauss (guitare). Et parce que nous sommes en France, Alice Cooper se présente en tant que Vincent Furnier (son véritable nom à consonance bien Française !).

Department of Youth 
No More Mr. Nice Guy 
Under My Wheels 
I'll Bite Your Face Off 
Billion Dollar Babies 
Lost in America 
Hey Stoopid 
Dirty Diamonds 
Welcome to My Nightmare 
Go to Hell 
Wicked Young Man 
Feed My Frankenstein 
Ballad of Dwight Fry 
Killer 
I Love the Dead 
I'm Eighteen 
Poison 
School's Out 












        23h10 > La soirée continue donc avec Lamb Of God sur la Mainstage II et Children Of Bodom sur la Altar, puis avec le célèbre groupe d’heavy metal britannique Judas Priest sur la I. Le set-list débute avec « Dragonaut » et une entrée de Rob Halford (chant) avec une canne, qui n’est là que pour le show. Tandis que le frontman passe des aigües aux graves d’une facilité impressionnante, Judas Priest enchaîne leurs tubes tels que « Jawbreaker », « Breaking The Law », « Painkiller » ou encore « Hell Bent For Leather » sur laquelle Rob Halford fait son entrer sur une moto custom. 

Dragonaut
Metal Gods
Devil's Child
Victim of Changes
Halls of Valhalla
Turbo Lover
Redeemer of Souls
Beyond the Realms of Death
Jawbreaker
Breaking the Law
Hell Bent for Leather
The Hellion
Electric Eye
You've Got Another Thing Comin'
Painkiller
Living After Midnight






        00h45 > La fin de la soirée approche et c’est Slipknot qui conclut ce premier jour devant un public plus qu’en forme ! A vrai dire, le show est assez impressionnant. En plus d’une batterie, deux lots de tambours se trouvent de chaque côté de la scène, sur des plateformes élévatrices et tournantes. Tout est en mouvement : les neufs musiciens aux masques terrifiants sont montés sur ressort. Quant au public, il saute et pogote au rythme du son néo-metal. Les Américains ne lésine pas sur la pyrotechnie et nous offrent un feu d’artifice lors du dernier morceau « Surfacing ».

Sarcastrophe 
The Heretic Anthem 
Psychosocial 
The Devil in I 
AOV 
Vermilion 
Wait and Bleed 
Before I Forget 
Duality 
Eyeless 
Spit It Out 
742617000027 
(sic) 

CONVERSATION

2 commentaires :

  1. Hey!
    Je me demandais, tu as un passe-photo pour ton webzine?
    Est-ce que tu restes à la mainstage de ton plein gré parce que tous les groupes qui t'intéressent s'y trouvent, ou tu y restes pour y shooter les plus gros groupes?

    Je suis curieuse de ta manière de procéder :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yes! J'ai une accréditation photo grâce au webzine.

      Oui, la plupart des groupes qui m'intéressait était sur la mainstage. Mais c'est aussi un soucis d'organisation car zig-zaguer entre les festivaliers prend du temps et de l'énergie avec cette chaleur!. C'est vrai que j'aurais aimé photographier Children Of Bodom sur la Altar mais quand je suis passée il y avait un monde fou, du coup j'ai tout de suite fait demi-tour : oui, je n'aime pas la foule :p.

      Supprimer

Live Reports

News

Sortie d'albums