♬ 14.12.2013 ~ Knock Out Festival ~ Europahall ~ Karlsruhe (Allemagne)


            Il est 17 heures et le Knock Out Festival débute sans plus tarder avec Kissin Dynamite. Bon, je dois vous l’avouer, j’ai été un tout petit peu déçu... Déjà, Hannes Braun (chant) et Jim Müller (guitare) n’avaient pas leurs cheveux en pétard, ensuite j’ai trouvé que leur prestation était moins explosive que d’habitude. Etait-ce parce qu’ils jouaient sur une grande scène (donc plus espacé les uns des autres, que d’habitude) ou bien parce qu’ils n’ont joué qu’une petit demie heure (et qu’il est dure de créer un show digne de ce nom en si peu de temps)… Mystère. Mais malgré tout, Hannes est monté avec sa cape de roi,  Jim à joué perché sur le dos de leur manager et ensemble ils ont fait la pyramide, de quoi en mettre plein là vue à certain.







            Vient ensuite, Pink Cream 69. Et je ne sais pas pourquoi, mais vu leur nom, je m’attendais à des jeunes mais non, ce groupe de Karlsruhe est en activité depuis 1987 ! Mais bon, c’est le groupe que j’ai le moins aimé de toute la soirée : trop calme et pas assez d’originalité.


            Le troisième groupe à monter sur scène est Lordi, qui est surtout connu pour avoir remporté l’Eurovision en 2006, en représentant leur pays : la Finlande. Et vous vous douterez que cinq monstres qui font du métal : j’aime ! Musicalement, ils ont un son plutôt brutal et Mr. Lordi (chant) a une voix roque que j’apprécie beaucoup. Visuellement, Mr. Lordi à passé le manteau du père Noël, distribuant à la foule des t-shirts et des sacs (je crois), surement à l’effigie du groupe ou du festival, et il a déployé de gigantesques ailes de chauves souris. En tout cas, je ne regrette pas de les avoir vus, ca vaut le coup !







            La soirée continue et c’est Saltatio Mortis qui prend la relève et pour tout dire, ce fut la surprise de la soirée ! Je ne connaissais pas du tout et quand j’ai entendu les premières notes d’une mélodie toute gentillette, accompagnées de petits sifflotements, j’ai vu ma déception arrivée… Et puis bam ! Ça a explosé ! Saltatio Mortis est en faite, un groupe de rock médiéval, de folkrock, mené par Alea der Bescheidene (chant) dont la voix m’a vraiment hypnotisé. En effet, il a vraiment un timbre particulier : doux, sucré, et puis quel plaisir d’entendre de l’Allemand ! Scéniquement, les guitares sont un peu mises en arrière laissant le devant de la scène aux cornemuses et à la vielle à roue (instrument médiéval). Oh, et puis, ça bouge dans tout les sens ! C’est festive, ça donne le sourire, c’est génial ! Sans parler de leur look aux inspirations Steampunk : j’adore !!!







            C’est ensuite au tour de Doro, d’enflammer le Knock Out Festival. C’était la première fois que je la voyais sur scène et franchement c’était super ! Après avoir serré ses musiciens dans ses bras, et levé le poing tel une guerrière à l’abri du regard du public, ils s’emparent ensemble de la scène. Doro à une voix magnifique et ne cesse de bouger et d’headbanger. Quant aux musiciens, ils ne sont pas mit dans l’ombre pour autant, ils bougent et s’éclatent ! Doro est toujours sur le devant de la scène, allant à droite, à gauche, au centre, levant la main vers ces fans pour les emporter dans sa musique. C’est la fin de son set, mais n’arrivant pas à quitter la scène, elle court signer des autographes aux personnes du premier rang.





            La fin du Knock Out Festival approche et quoi de mieux pour clore la soirée que Sabaton ? Parce qu’àprès tout, c’est toujours aussi bon : énergique, explosif, amicale. Ils sont accueillit par leur fan de façon très chaleureuse, ne cessant de reprendre en chœur « SABATON ! SABATON ! SABATON ! », a tel point que le groupe était tellement touché à ne plus savoir quoi dire. Tout comme Doro, ils sont proches de leurs fans et ils l’ont encore prouvé ce soir en jouant une chanson que le public demandait. Et puis, Joakim Brodén (chant), est toujours aussi souriant et comique (oui, oui, il nous a fait croire qu’il ne savait pas jouer de guitare !). Et pour mon plus grand bonheur, il a chanté en Suédois (sur Poltava) !






            Une fois le festival finit, nous nous rendons vers les bus pour attendre Doro et ses musiciens. Elle signera tout et prendra des photos avec tout le monde, sur la marche du bus.
Johnny Dee (batterie)

Luca Princiotta (guitare)

Nick Douglas (basse)

Doro Pesch (chant)

Bas Maas (guitare)


CONVERSATION

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Live Reports

News

Sortie d'albums