♬ 27.10.2013 ~ The Supercopters + Sideburn + The Quireboys ~ La Vapeur ~ Dijon (21)


        C’est en début d’après-midi, après un peu plus de deux heures de route, que nous arrivons à la gare de Dijon pour récupérer mon amie Marie (qui vient de Lyon) avant de nous rendre à la salle de concert. Peu à peu le soleil du matin se voile et laisse place à la pluie. Et bien-sûre,  c’est à ce moment-là que les Quireboys décident d’arriver. Mais ni le froid, ni la pluie ne les fait fuir, au contraire ils viennent nous saluer avec un grand sourire (malgré l’envie de Spike d’être dans son lit). Quant à Sideburn, ils arrivent un peu plus tard dans l’après-midi. Toujours étonnés du chemin que l’on fait, ils nous offrent une bière avec gentillesse.

        Les portes de La Vapeur ouvrent vers 19 heures 15 nous permettant ainsi de patienter au chaud. Nous avons juste le temps de manger un petit bout, que les lumières se baissent et un bruit d’hélicoptère se fait entendre. Ainsi, c’est sans étonnement que The Supercopters débarquent sur scène. Dans un premier temps, j’ai été surprise : à l’image de leur musique énergique, ils bougent vraiment pas mal. Mais dans un second temps, la lassitude et surement l’envie de voir Sideburn et Quireboys se fait entendre. En tout cas, Supercopters sait chauffer la salle, il faut dire qu’ils sont un peu chez eux, ici, à Dijon. 






        Vient ensuite, Sideburn, groupe que j’avais déjà vu quelques mois plutôt en Suisse. Et pour tout dire, ils m’ont vraiment surpris ce soir ! C’était dix fois mieux qu’en Suisse. Je les trouvais plus présents scéniquement, plus énergiques, plus rock n’ roll ! Du coup, j’ai vraiment bien profité des chansons « Voodoo Girl », « Six Feet Under » et « Live To Rock ».








        Puis c’est au tour des tant attendus The Quireboys de monter sur scène. Et wow, j’adore ! Leur look est juste génial : Spike (chant) ressemble à un pirate et la chemise/cravate assorties de Nick Mailing (basse) sont extra ! Sans parler de la guitare de Guy Griffin (guitare) aux motifs baroques. Et puis leur son donne vraiment envie de danser, d’ailleurs, j’aime la façon de bouger de Spike. Mais comme d’habitude, le seul petit bémol est la voix du chanteur qui est presque inaudible, mise à part pour « Monalisa Smile » où on entend clairement sa voix rauque. Tout comme en dehors de la scène, les six Anglais sont adorables. En un laps de temps très court, Spike a posé pour une photo, le batteur est venu me donner sa baguette (qui était pour Yvan) et pendant le rappel Paul Guerin (guitare) me donne son médiateur. Enfin, alors que Spike remercie le public d’être venu, il nous regarde, nous fait un grand coucou et nous dit « Thank you for coming ». 






        Les lumières se rallument mais nous n’avons pas le temps de rester pour discuter avec le groupe, nous devons vite rentrer à Nancy avec Marie qui vient y passer quelques jours, car demain certains se lèvent tôt. 
Avec Spike et Marie

Avec Guy Griffin 


CONVERSATION

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Live Reports

News

Sortie d'albums