♬ 17.05.2013 ~ Adam Bomb ~ Baracat ~ Saint Maurice Colombier // 18.05.2013 ~ Adam Bomb ~ Passagers du zinc ~ Besançon (25)

C’est ce qu’on peut appeler un week-end de folie !
         Libérée des examens, c’est vers midi qu’Yvan et moi prenons la route pour le Baracat’ à Saint Maurice Colombier. Et c’est sous le soleil que nous découvrons cet agréable petit village de campagne. En repérant les lieux, on rencontre l’organisateur du concert qui s’avère être une connaissance d’Yvan. Ainsi, alors que nous discutions devant le bar, Adam Bomb arrive au volant d’un vieux van, accompagné de ces deux musiciens : Bobby, le batteur et Maxx, le bassiste.

          Au premier abord, Adam Bomb est distant et dans son monde. Mais nous sympathisons très rapidement avec Maxx, le français du groupe et Bobby. Ainsi, naturellement, Yvan et moi les aidons à décharger le matériel du van. Une fois finis, le batteur vient nous voir et nous emmène dans la salle d’à côté pour nous offrir de la tarte aux pommes (qu’apparemment il n’aimait pas). Puis, alors qu’Yvan est occupé avec Adam Bomb qui lui signe ses albums, le Bobby vient me voir et me dit de venir avec lui. C’est ainsi que je me retrouve derrière sa batterie brandissant ses baguettes. Et hop ! Bobby prend une petite photo.

          En fin d’après midi, nous avons la chance d’assister au sound check des deux groupes de la soirée. Pas pressé d’aller à l’hôtel, Adam Bomb passe voir les quelques personnes qui sont déjà présente pour la participation à la tombola ! Ahah, qu’est ce qu’il m’aura fait rire avec sa voix : « Tombola ! Tombola ! ». Mais en attendant, Yvan et moi on se demande s’il va faire le concert avec son grand impair kaki, sachant que sur les photos qu’on a vu de lui en live, il a un beau costume…

          C’est vers 21h, que la première partie commence à jouer : les Blacksheep. Et ce n’est pas une réussite pour les cinq Français. Personnellement, je n’ai pas aimé la voix du chanteur qui n’avait rien d’hors du commun. Sur quelques chansons, une femme est montée sur scène pour accompagner le chant. Je dirais que sa voix était mieux que celle de l’homme, et encore j’ai préféré la voix féminine durant les répétitions que durant le live. Contrairement à lui, elle jouait avec les intonations, ce qui m’a énormément fait penser à The Runaways.




          Heureusement, Adam Bomb prend le relais très vite. Et à notre plus grande joie, il a troqué son impair vert pour un magnifique costume rouge. La scène brille dans les moindres recoins. Tous les amplis, les guitares et leur sangle ainsi que le pied de micro entouré de boas à plumes, sont équipés de guirlandes lumineuses. De plus, régulièrement, Adam Bomb prend l’envie de coller un feu d’artifice à sa guitare et de le faire péter, projetant parfois les étincelles vers le public. Il met aussi, de temps en temps, le feu à une cymbale et en tapant dessus les flammes montent jusqu’au plafond, ainsi qu’à sa jolie guitare rose.




          Le show à beau être magnifique, des gens arrivent toujours à m’énerver en renversant leur bière sur moi (il faut savoir choisir entre danser ou boire !) et en plus de cela aucune excuse. Enfin, heureusement, qu’Adam Bomb est là, car après quelques secondes après l’incident, il me tend son médiator (dédicacé) que j’accepte avec joie, bien entendus !




          Durant les 1h45 de concert, Adam Bomb à joué des chansons à lui telles que : « Rock Like Fuck », « New York New York » et bien sûre la tant attendue « Je t’aime bébé » qui a tournée en boucle dans l’appart ces derniers temps. Mais il a aussi joué beaucoup de reprise de Kiss, ZZ Top, AC/DC avec « Whole lotta rosie » ainsi que la chanson « Antisocial » (version américaine) qui figure sur son dernier album Rock On Rock Hard Rock.




          Une fois le concert finis, Yvan et moi avons le droit à une photo avec Adam Bomb sur scène. Puis de nouveau, nous aidons le groupe à ranger le matos. Mais des bruits courent qu’il y a eu du sabotage. En effet, nous croisons Adam Bomb énervé qui essaie de réparé la guirlande de son micro. Et tout le monde essaie de l’aider, comme un fan qui a trop bu ou encore le patron du bar qui sera celui qui réussira à réparer la guirlande.

 



          Il se fait tard, Adam Bomb, Bobby et Maxx sont sur le point de rentrer à l’hôtel, alors qu’Yvan et moi, sommes sur le point de dormir dans la voiture. Mais… Maxx nous propose de partagé sa chambre (qui est aussi celle de Bobby) avec nous. Et comme, il fait plutôt froid nous acceptons avec plaisir. Ainsi, nous installons nos sacs de couchage dans un petit coin de la chambre et après avoir discuté un petit peu et avoir reçu la visite d’Adam qui nous souhaite bonne nuit (car il a sa propre chambre), nous nous endormons vers 4 heure du matin. 

------------------------------------------------------------------
 
          Le lendemain matin, nous nous réveillons vers 11h. Bien que nous allons voir le groupe à Besançon et donc qu’on pourrait faire la route ensemble, nous décidons de partir avant pour visiter la ville. Alors nous sortons de l’hôtel en douce et roulons jusqu’à Besançon. Après avoir, comme prévu, visiter la ville, Maxx nous appelle en fin d’après midi pour nous prévenir de leur arrivé. Alors nous les rejoignons aux Passagers du Zinc, là où ce tient le concert. 

          Mais avant de décharger le matériel, on informe Adam qu’il y a un magasin de feux d’artifices pas loin, alors il nous demande de lui montrer. Quand, il l’aperçoit, il se précipite à l’intérieur. Il teste quelques feux d’artifices dans la rue et en achète une vingtaine malgré qu’ils ne soient pas assez puissant, selon lui.

          Puis, nous continuons à nous balader avec le groupe dans les rues de Besançon. Et quel plaisir d’entendre : « Oh mais c’est Adam Bomb sa ! » et de se retourner pour faire « oui » de la tête. Sur notre chemin, on passe devant une chocolaterie dans laquelle Adam entre pour s’acheter quelques petits chocolats qu’il dévore en se promenant. Puis on tombe sur une boutique qui fait des plaques d’immatriculations, et aussi surprenant que ça peut l’être, Adam en commande une avec l’inscription « FUCK U ZOLL » (littéralement : J’emmerde la douane –douane est en Allemand-). Il était tout fier d’avoir ça plaque. Sur scène Adam Bomb me fait penser à Slash et pour Yvan, Adam Bomb dans la rue, lui fait penser à Alice Cooper.

          De retour au bar, on aide une fois de plus le groupe à tout décharger. Ainsi je descends (car la salle se trouve au sous sol) le socle du micro, le mettant vers toutes les affaires. Et plus tard, Adam me demande où est le socle alors je lui montre, et il me dit de le mettre sur la scène à l’endroit où il va jouer. Puis, il me fait signe de le suivre. Sur le chemin, il ne cesse de me regarder avec un grand sourire et arrivé au camion, il me tend son pied de micro. Je ne vous cache pas que j’avais extrêmement peur de l’abimer vu ce qui c’est passé la veille. Ainsi, j’assemble les deux parties. Comme Adam a vu que j’avais descendu la base, je pense qu’il a voulu que je place son micro en entier sur scène. Car je me contentais de descendre les valises, puisque niveau branchement, je ne m’y connais pas trop. En tout cas, il était tout content.

          Quand il est venu l’heure de manger, le groupe voulait qu’on reste. Mais ne voulant pas trop déranger, on a comme même amené notre pique nique, même si on a pioché dans leur repas (au plus grand agacement de la patronne).

          A 21h30, la première partie Blackbird à commencé à jouer. Et comment dire… Je n’ai pas du tout aimé. Ils n’avaient rien de spécial et les paroles étaient d’une simplicité déconcertante. Entendre dix fois à la suite « Sexy Girl » : non merci.

          Enfin, cela nous a permis de remonter et de discuter avec Maxx sur les problèmes d’hier, sur le blouson vert qu’Adam a acheté à la douane Allemande, sur la place du bassiste dans un groupe, et de pleins d’autres choses.

          Après un petit tour de tombola, Adam Bomb et ses musiciens montent sur scène, interprétant un set list plus court de 45 minutes que la veille. Ainsi, moins de feux d’artifices ont éclaté, mais il faut dire qu’il y avait beaucoup moins de monde. Enfin, le concert était tout aussi bien.



          Mais on ne s’arrête pas là, et on continue ce qu’on a fait durant tout le week-end : on remballe le matos dans le camion. Durant un moment, il n’y avait plus que des choses lourdes à porter, alors je ne savais pas quoi faire et j’attendais. Mais Adam est venu me rejoindre, et il m’a fixé avec ses yeux pétillants, un grand sourire aux lèvres, durant une bonne minute. Puis, soudain, il m’a fait un gros bisou sur la joue. Ensuite, on a un peu discuté et il a fait l’effort de parler lentement pour moi.  Quand on est sortie dehors,  un « fan » qui avait un peu trop bu lui à demander un autographe sur ses fesses, Adam était mort de rire !

          Une fois finis, le groupe boit un coup et avec Yvan on reste un petit peu, mais dans notre coin car on ne veut pas trop déranger. Seulement, Maxx vient nous voir pour nous dire qu’on peut les rejoindre, que cela ne les dérange pas et Bobby, quant à lui, vient pour nous offrir à boire.

          Mais il se fait tard et le bar doit fermer. Dans la bonne humeur, on se dit tous en revoir. Le groupe monte dans le van et Yvan et moi on repart à pied vers la voiture. Sur la route, le van nous double et Adam, Bobby, et Maxx nous font de grands « coucou » par la fenêtre.

L’aventure est finie, c’est le retour à la dure réalité.

          Pour finir, je dirais que tout les trois sont vraiment géniaux ! Ils ont tous prit soin de nous. Des surnoms : « sweet heart » (Bobby), des phrases gentilles : « You’re beautiful » (Bobby), des tapes dans le dos quand on se croise… Que de petites attentions qui font chaud au cœur. Adam peut paraitre impressionnant et distant mais je pense qu’il faut apprendre à le connaitre et qu’il lui faut un temps pour s’habituer à la présence de quelqu’un. Et puis, au final, après avoir passé un week-end avec eux, leur présence est devenue presque familière et à mes yeux ils ont perdu leurs statues de "star", de personnes "impressionnantes". C’est vraiment une drôle d’impression, mais j’avais le sentiment de les connaitre depuis longtemps…


Après tout
C’est super, c’est rock n’ roll !
(Maxx)

CONVERSATION

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Live Reports

News

Sortie d'albums